Bienvenue sur le site
DE PLAPPEVILLE

Bienvenue sur le site
DE PLAPPEVILLE

Patrimoine

Bacchus-Xérès (1 rue Paul Ferry)

Bacchus-Xérès (1 rue Paul Ferry)

La présence d’une effigie de Bacchus (Dieu du vin) exprimant sa joie soulig...

Maisons vigneronnes

Maisons vigneronnes

Dans le Pays messin, la tradition viticole est très ancienne et remonte à l...

Les lavoirs

Les lavoirs

De nombreuses sources alimentent fontaines et lavoirs. Ces derniers ont été...

Les calvaires

Les calvaires

De nombreux calvaires disséminés dans le village témoignent de la croyance ...

Migomay, maison de Paul Ferry (9 rue Paul Ferry)

Migomay, maison de Paul Ferry (9 rue Pau…

Plappeville possède aussi le seul vestige des débuts du protestantisme à Me...

Maison du Chapitre de la Cathédrale (18 rue de Tignomont)

Maison du Chapitre de la Cathédrale (18 …

La seigneurie de Plappeville appartenait essentiellement aux religieux de S...

Fontaine du parvis de la mairie

Fontaine du parvis de la mairie

La fontaine, inaugurée en 1996, a été réalisée par André Forfert. Elle repr...

Repose hotte (ruelle des ecoles)

Repose hotte (ruelle des ecoles)

Encore au début du XXème siècle, la plupart des habitants du village, femme...

Carmel (82 rue Général de Gaulle)

Carmel (82 rue Général de Gaulle)

A l’emplacement du Carmel se trouvait la maison seigneuriale. L’abbé de Sai...

Eglise Sainte Brigide

Eglise Sainte Brigide

Après la destruction totale du village par les troupes slaves d'Henri l'Ois...

Mairie, foyer Saint-Michel, maison d'Arros

Mairie, foyer Saint-Michel, maison d'Arr…

On ne connaît pas l’époque de construction de cette maison appelée autrefoi...

Après la destruction totale du village par les troupes slaves d'Henri l'Oiseleur en 923, les moines de l'abbaye de Saint-Symphorien élèvent une chapelle de style roman. Ils y déposent les reliques de sainte Brigide d'Irlande, abbesse de Kildare, morte en 523, qui devient ainsi la patronne de la paroisse.


Cette chapelle connaît des transformations importantes au cours des siècles.
En ruines en 1444, l'église est reconstruite en 1493. Après avoir été successivement dépendante de l'église mère du Saint-Quentin, de Gorze, du Chapitre de la Cathédrale et de l'abbaye de Saint-Symphorien, l'église Sainte-Brigide devient paroisse indépendante en 1802.
L'église est entourée de hauts murs rappelant son rôle défensif. Les parties extérieures visibles de l'ancien édifice roman sont attestées par la présence d'une petite baie vitrée à gauche du portail, de la petite rosace située dans l'axe du faîte, d'un témoin de pan de mur et du clocher percé de quatre ouvertures à deux baies en plein cintre.
A l'intérieur, l'ensemble date de la fin du XVème siècle. Il subsiste néanmoins des éléments de l'époque romane : dans le bas côté gauche, le pilastre adossé au mur de la façade, l'encadrement du vitrail du XVIème siècle, les fleurs de dilictra (restes du portail primitif), l'arc en anse de panier, des piliers ainsi que ceux supportant le clocher.
Le 19 novembre 1944, lors des bombardements pour la libération de Metz, la voûte s'est effondrée et les vitraux de Charles-Laurent Maréchal (1801 – 1887) ont volé en éclats. Les vitraux modernes sont de Camille Hilaire (1916 – 2004). En 1973 un incendie a ravagé l’interieur de l’église.